A.P.C. (Approach Power Compensator)


Malgré sa voilure à incidence variable et ses grandes surfaces mobiles lui donnant une grande maniabilité, le F-8 Crusader necessitait un travail énorme de la part du pilote lors de la phase d'appontage.
Pour permettre au pilote de se concentrer au maximum sur la stabilité de son appareil, Chance-Vought installa dès la version F-8B un système automatique de controle de la poussée réacteur, l'APC ou Approach Power Compensator.

Ce système de commande automatique des gaz ne fonctionnait qu'avec le train sorti et déchargé (on parle de train déchargé tant que les roues ne sont pas en contact avec le sol).
La servo-moteur électrique de l'APC agissait directement sur la timonerie de commande des gaz, entrainant l'ensemble du circuit de commande ainsi que la manette des gaz dans le cockpit.
En cas de besoin (wave-off) ou de panne de l'APC, le pilote pouvait désaccoupler l'APC en poussant simplement les gaz, le système se coupait alors automatiquement.

apc F-8 Crusader Pour bien comprendre le rôle de l'Approach Power Compensator, il faut avoir en tête ce principe de base du vol réacteur:
En vol normal, pour une même poussée du réacteur, lorsque le pilote tire le manche à lui pour faire monter son appareil, il engendre une perte de vitesse.
Sur le F-8 Crusader en phase d'appontage, l'avion était en vol dit "secondaire", ce qui revenait à dire que les commandes étaient inversées, pour une même poussée moteur, si le pilote tirait sur le manche, le F-8 Crusader perdait de l'altitude (dûe à sa faible vitesse d'approche, l'appareil était alors au bord du décrochage), il fallait alors pousser les gaz pour maintenir l'appareil dans la ligne de vol souhaitée. Cette modulation des gaz, en fonction de l'angle d'incidence du F-8 Crusader était réalisé automatiquement par l'APC.

Le système de controle de l'Approach Power Compensator fonctionnait sur la base de quatre critères de vol du F-8 Crusader:
-Vitesse V du Crusader: il y avait augmentation de la poussée si V était inférieure à la vitesse d'appontage sélectionnée par le pilote sur le boitier de commande d'APC.
-Assiette en tangage: La poussée du réacteur était augmentée si l'angle d'incidence était trop grand.
-Assiette en roulis: La poussée du réacteur était augmentée si l'appareil s'inclinait sur son axe de roulis.
-B.L.C.: La poussée du réacteur était augmentée si la B.L.C. était enclenchée (voir le chapitre B.L.C. pour plus de détails sur son fonctionnement).

Pour la gestion de ces critères de vol, la servomoteur d'APC était commandée par un calculateur qui envoyait des ordres de commandes en fonction de:
-L'angle de roulis de l'appareil.
-L'angle de tangage de l'appareil.
-La vitesse de l'appareil.
-La vitesse d'approche sélectionnée par le pilote.
-Le signal du contacteur B.L.C.

Le boitier de controle de l'APC était situé sur la console gauche du cockpit juste derrière la manette des gaz.
Il était constitué:
-D'un sélecteur d'engagement et du voyant temoin de l'A.P.C.
-D'un sélecteur de vitesse d'approche.


Plan du site | Crédits | Contact | © Aéronavale & Porte-avions 2012-2017, tous droits réservés

Ayez pitié de votre PC, choisissez un navigateur libre et sécurisé   a&eacuteronavale & porte-avions.com