BLC, Boundary Layer Control



La B.L.C. -Boundary Layer Control- est un système de soufflage de la couche limite sur l'extrados de la voilure.

Lorsqu'un avion est en approche, il réduit sa vitesse au maximum de ce que lui permet sa portance.
Si il réduit trop sa vitesse, il décroche:
L'air passant sur l'extrados ne colle plus au profil et génère des turbulences aussi appelé "couche limite", la différence de pression entre l'intrados et l'extrados de la voilure devient alors instable et l'appareil perd sa portance.

La B.L.C. remédie à ce problème en empêchant le développement de cette couche limite aux vitesse basse et, en abaissant également la vitesse d'approche.
Le soufflage est effectué par un prélèvement d'air sur les derniers étages du compresseur HP du ou des réacteurs de l'appareil.

Sur le schéma de principe ci-dessous du F-8E Crusader, l'air est prélevé sur le 16ème et dernier étage du compresseur du J-57P20A.
La BLC ne peut s'enclencher qu'avec la voilure en configuration haute. Elle était automatiquement désacouplé lorsque le pilote actionnait la commande de rentrée de voilure.
Ce système permit d'abaisser de 18 noeuds la vitesse d'approche et de réduire la vitesse de décrochage de 9%, soit de 113 à 90 noeuds, du F-8E par rapport aux versions précédentes de cet appareil.
F-8 Crusader




Légende:
4--- Mano-contact de pression différentiel
5--- Vanne de soufflage
7--- Interrupteur BLC
8--- Contacteur de verrouillage bas
9--- Contacteur d'incidence voilure
10--- Relais de contrôle BLC
11--- Lampe BLC
12--- Relais magnétique







Le principal défaut de la BLC lors de sa mise au point fut d'occasionner un couple à piquer, problème qui fut réglé simplement par un agrandissement de la gouverne de profondeur, passant de 5,26 m² à 6,14 m².
Si un gain était obtenu aux basses vitesses par ce soufflage, c'était forcément au détriment d'autre chose, le Crusader y perdait donc en accélération, conséquence de la réduction de l'excédent de poussée sur la trainée de l'avion en pleins gaz sec.
En configuration appontage avec la BLC enclenchée, le F-8E était moins nerveux.
Un autre point plus problématique concernant le bord d'attaque des ailerons, apparu lorsque la BLC fut mise au point.
La tôle d'acier inoxydable qui le constituait, sous l'effet de l'air de soufflage arrivant à haute température, se dilatait, ce qui était normal et se boursouflait, ce qui l'était beaucoup moins, générant des criques, ce qui ne pouvait être admis. La solution fut trouvée en modifiant le procédé d'usinage afin de supprimer ce défaut.

F-8 Crusader F-8 Crusader







On voit sur ces deux photos les deux orifices de soufflages en partie haute de l'aileron d'un F-8 Crusader.






Plan du site | Crédits | Contact | © Aéronavale & Porte-avions 2012-2017, tous droits réservés

Ayez pitié de votre PC, choisissez un navigateur libre et sécurisé   a&eacuteronavale & porte-avions.com