OS-130, les concurrents du XF8U-1 Crusader


XF-109 Bell XF-109 / D-188:

L'avionneur Bell tenta de proposer son projet d'appareil VSTOL (Vertical and Short Take Off and Landing), mais l'US Navy, comme l'USAF avant elle, ne retint pas ce projet jugé inutile à l'époque.
Ce chasseur était propulsé par huit réacteurs General Electric J85-GE-5, deux placés verticalement à l'avant du fuselage, deux horizontalement à l'arrière et enfin quatre répartis deux par deux dans des nacelles orientables en extrémité de voilure.
L'avionneur donnait une vitesse maximum de Mach 2 pour son XF-109.
L'armement de ce chasseur était de quatre canons de 20 mm et d'un pod rétractable contenant cent-huit roquettes FFAR.


Chance-Vought, V-380, V-382 et V-384:

Lorsque Chance-Vought présenta son projet à l'US Navy, il le déclina sous plusieurs versions.
La forme générale de l'appareil ne changeait pas, tous ces projets disposaient du même fuselage et de la même voilure à incidence variable, seul variait la motorisation et l'armement, ainsi que quelques détails.

Le V-384 était propulsé par un réacteur Wright J-65 de 5 800 kpg.
Il disposait de trois canons disposés autour de l'entrée d'air (un de chaque coté et un en dessous).
L'armement en missile aurait été composé de quatre AIM-7 Sparrow sur quatre points d'emport sous voilure. L'appareil disposait également du pod pour trente-deux roquette FFAR.
L'imposant aérofrein ventral était remplacé par deux aérofreins situés de part et d'autre du fuselage au pied de la dérive de direction.

L'autre variante, le V-380 et V-382, prévoyaient la disposition des trois canons sous l'entrée d'air.
Le V-380 devait être une version destinée à l'US Navy tandis que le V-382 fut développé pour l'USAF. Ce dernier ne devait pas être équipé des équipements relatifs aux appareils embarqués, comme la voilure repliable ou un train d'atterrissage renforcé.


Convair F2Y:

F2Y Sea-Dart Lorsque l'US Navy émit son appel d'offres OS-130, elle demmanda un chasseur supersonique sans préciser si il devait être embarqué ou pas.
Convair profita de ce "vide" pour proposer un hydravion supersonique, le F2Y Sea-Dart.
L'avionneur avait développé cet hydravion à partir de la cellule d'un F-102 Delta-Dagger. L'appareil était un bi-réacteur propulsé par deux réacteurs Westinghouse J46-WE-22 qui lui donnait une vitesse maximum de Mach 1,1.
L'appareil devait être équipé de quatre canons de 20 mm et d'un emport de deux missiles AIM-9 Sidewinder.
Sans être hors concours, cet appareil ne correspondait pas aux attentes de l'US Navy qui souhaitait un chasseur pour ses porte-avions, mais la proposition de Convair incita la Marine américaine à poursuivre ce programme.
Cinq prototypes furent construit, mais face à des résultats qui restaient décevants et une utilité opérationnelle incertaine, l'US Navy abandonna ce programme issue de l'OS-130.


Douglas Model 652 ou F5D Skylancer:

F5D Skylancer Le Model 652 était une version de chasse tout temps du F4D Skyray, ce projet ayant été retenu pour participer à une seconde évaluation de l'OS-130, Douglas le nomma F5D Skylancer.
L'appareil était propulsé par un réacteur Pratt & Whitney J-57 et affichait une vitesse maximum de Mach 1,48.
L'armement de l'appareil était composé de quatre canons Colt de 20 mm et de roquettes FFAR embarqués dans un pod rétractable sous le fuselage.
Le F5D pouvait également emporter quatre missiles AIM-7 ou AIM-9 sous quatre points d'emports sous la voilure.
Le Skylancer fut produit à quatre exemplaires, qui furent tous versés à la NASA lorsque l'US Navy écarta Douglas de la compétition.


Fairchild:

Tout comme l'avionneur Goodyear, il n'y a pas de trace d'un projet de la part de Fairchild pour l'appel d'offres OS-130 de l'US Navy.
Bien que faisant parti des constructeurs en compétition pour ce programme, Fairchild ne sembla pas avoir donné de suites aux premiers stades de cette compétition.


Goodyear:

Contacté pour ce contrat de chasseur supersonique embarqué, la société Goodyear aviation ne présenta cependant pas de projet pour cet appel d'offres.


Grumman Design 97 / F11F-1F "Super-Tiger":

XF12F Super Tiger Le projet de Grumman pour l'OS-130 conservait le même style aérodynamique que celui de ses F9F Cougar et F11F Tiger.
Le Design 97 de l'avionneur se présentait donc comme un appareil à aile en flèche médiane, le fuselage et la dérive présentait de fortes similitudes avec les deux autres réalisations du constructeur.
L'armement de ce chasseur se composait de quatre canons Colt de 20 mm,et d'une capacité d'emport de quatre missiles AIM-7 Sparrow ou AIM-9 Sidewinder sous la voilure.
Comme tous les autres appareils de cette époque, le chasseur de Grumman était doté de roquettes FFAR qui étaient placés dans deux pods latéraux rétractables situés sur le fuselage juste en dessous de l'emplanture des ailes, la capacité de tir était de cinquante-huit roquettes.
Un point d'emport ventral pouvait recevoir un réservoir supplementaire largable.
La propulsion du Design 97 ou F11F-1F "Super-Tiger" de Grumman était assuré par un réacteur General Electric J-79.
Le "Super-Tiger" fut sélectionné pour des évaluations finales avec le V-383 de Chance-Vought qui emporta finalement l'appel d'offres OS-130.
Deux prototypes de ce chasseur furent construit par Grumman, lorsque l'US Navy sélectionna le XF8U Crusader, les deux F11F-1F furent livrés à la NASA.
Des tentatives de ventes à l'exportation furent faites mais sans succès, en Suisse contre le Mirage III, en Allemagne, au Canada et au Japon contre le F-104 Starfighter.


Lockheed L-242 Navy-Starfighter:

Pour répondre à l'appel d'offre la firme Lockheed avait imaginé une version navalisé du F-104 Starfighter.
Cet appareil dénommé L-242 était motorisé avec un réacteur J-65 et aurait eu une vitesse d'approche de 257,5 km/h.
Ce F-104 "naval" était identique à la version de l'USAF, mais disposait d'un train renforcé, d'une crosse d'appontage et de point d'accrochage pour une élingue de catapultage.
Lockheed présenta avec la version de chasse embarquée, une version biplace d'entrainement et une version de reconnaissance photographique.
L'armement du L-242 était de quatre canons de Colt Mk-12 de 20 mm et de cinq points d'emport externes (missiles AIM-7 ou 9, bombes, réservoirs supplémentaires), quatre sous la voilure et un sous le fuselage, ce dernier était possible grâce à l'imposante garde au sol du train d'atterrissage "navalisé".
L'emport de roquettes FFAR était également prévu dans des pods de trente-quatre chacun en extrémité de voilure, les deux canons du coté droit pouvaient également être remplacés par un pod rétractable de dix-neuf roquette FFAR.


Martin:

Martin Aviation fut un des quinzes constructeurs à répondre à l'OS-130 de 1953.
L'avionneur n'a semble-t-il présenté aucun projet avant la cloture des dossiers qui virent la sélection de huit constructeurs pour la compétition finale.


McDonnell Model 90/91:

Lorsque McDonnell présenta son projet pour l'OS-130, son appareil disposait d'un capacité bien particulière, il pouvait être doté de quatre type de réacteur sans subir de modifications majeures.
Le Model 90/91 pouvait donc être motorisé avec un Pratt & Whitney J-57, un Wright J-65, un Allison J-71 ou un General Electric J-73.
Ce système était possible à grâce un concept de compartiment réacteur implanté en position ventrale, avec une section avant de fuselage identique au F-8 Crusader.
La voilure, implantée en position médiane, était à double flèche (de bord d'attaque et de bord de fuite), comme celle du F-104 Starfighter.
Pour la section arrière du fuselage, McDonnell avait repris celle de son F3H Demon.
Le Model 90/91 ayant un fuselage avant identique à celui du F-8 Crusader, on trouvait également la même disposition pour les quatre canons Colt de 20 mm, à savoir deux canons sur chaque flanc du fuselage.
Ces canons pouvaient être démontés facilement pour être remplacés par deux pods rétractables de roquettes FFAR.
L'armement en missiles du Model 90/91 étaient de quatre AIM-7 Sparrow en emport sous voilure, l'appareil devait également embarquer quatre missiles infrarouge à ailettes rétractables de 127 mm, dans des tubes internes situés sur les flancs inférieurs du fuselage avant.


Northrop Model N-94:

Le projet de Northrop consistait en un appareil à aile delta monodérive. Il devait être motorisé avec un réacteur Pratt & Whitney J57-P-11 ou un Wright J-65.
L'avionneur présenta deux formes pour cet appareil, les N-94 (P&W), A (Wright) et B (voilure agrandie) à aile delta médiane et le N-94C à aile delta haute.
Comme le F7U Cutlass, cet appareil disposait d'un train avant imposant qui lui donnait une incidence positive au sol.
Ce chasseur de Northrop aurait du afficher une vitesse maximum de Mach 1,6 avec le J-57 et de Mach 1,3 avec le réacteur Wright.
L'armement de bord comportait quatre canons Colt de 20 mm ou trois canons T-160 de 20 mm situé dans la partie basse du nez de l'appareil.
Une soute ventrale double située sur la partie avant permettait l'emport de douze roquettes FFAR (deux fois six projectiles).
L'armement en missile se composait de quatre AIM-7 Sparrow répartis sur quatre points d'emports sous la voilure, pour complèter cet armement, une soute ventrale permettait l'emport d'une charge militaire de 340 kg.
Vu de dessus, le N-94 avait un profil un peu identique au Douglas F4D Skyray.
L'extrémité de la voilure en delta était repliable afin de diminuer l'encombrement à bord des porte-avions.


North American "Super-Fury":

Super Fury Le "Super-Fury" de North American était une version du F-100 Super-Sabre "navalisée", tout comme le Fury fut une version navale du F-86 Sabre.
Propulsé par un réacteur J-57, le Super-Fury était également doté d'une B.L.C. (Boundary Layer Control) afin d'abaisser la vitesse d'appontage de l'appareil.
L'appareil était également donné par l'avionneur comme ayant la capacité d'atteindre Mach 2, grâce entre-autre à une entrée d'air entièrement revue.
L'armement se composait de quatre canons Colt de 20 mm, de cinquante-six roquettes FFAR situé dans deux pods rétractables placés de part et d'autres sur les flancs du fuselage juste derrière le cockpit.
Quatre points d'emport sous voilure qui pouvaient recevoir quatre missiles AIM-7 ou huit AIM-9, des bombes ou des réservoirs supplémentaires, venaient compléter cette capacité d'emport en armement.
Comme tous les appareils embarqués, le Super-Fury disposait d'un train d'atterrissage renforcé, d'un crosse d'appontage en V, et d'extrémités de voilure repliables.


North American F2J:

F2J Pour ce programme de futur chasseur de l'US Navy, North American présenta un second projet de chasseur embarqué.
Cet appareil était propulsé par un réacteur Wright J-65 qui permettait une vitesse maximum de Mach 1,26.
Comme le F-8 Crusader, ce chasseur était doté d'une aile à incidence variable, et d'une B.L.C. (Boundary Layer Control ou soufflage de la couche limite).
Cette aile à incidence variable avait un débattement de + 11°. Cette voilure avait des extrémités de plan qui se repliaient vers le bas.
L'armement de ce chasseur était composé de trois canons T-160 de 20 mm, d'un pod rétractable contenant trente-deux roquettes FFAR. L'appareil pouvait également emporter quatre missiles AIM-7 Sparrow sous quatre points d'emport en intrados de voilure.
Ce chasseur monodérive à aile haute en flèche avait un profil qui sera reprit par le Folland Gnat anglais.


Republic:

En dehors de la spécification OS-130 de 1953 qui faisait état de la candidature de cet avionneur, il n'existe pas de documents fiables concernant un projet de chasseur embarqué de la part de Republic.
On peut cependant raisonnablement penser que le constructeur comptait soumettre une version navalisée de son F-84 Thunderstreak, ou de son XF-91 Thunderceptor, pour cet appel d'offres.
Republic Aviation ne fut pas retenu pour les sélections finales où seul huit concurrents furent mis en compétition.


Ryan:

A l'époque de l'appel d'offres OS-130, l'avionneur Ryan travaillait sur des appareils VSTOL (Vertical and Short Take-Off and Landing), comme le X-13 et le XV-5.
Il n'y a aucune trace permettant de savoir si Ryan a réussi à soumettre un de ses prototypes pour les premiers appels à candidature.
Ce constructeur ne fut de toutes façons pas retenu pour les étapes de sélections suivantes où seuls huit avionneurs avaient été sélectionnés.


Temco Model 31:

Comme Northrop, la firme Temco présenta un projet de chasseur à aile haute delta.
Le Model 31 était un monoréacteur doté d'un empennage monodérive en T, la forme générale du fuselage s'apparentait à celle du F3H Demon, avec deux entrées d'air alimentant le J-57.
L'armement était composé de quatre canons Colt de 20 mm situé en partie basse du fuselage, l'emport en missile était de quatre AIM-7 Sparrow répartit sur quatre point d'emport sous la voilure.
L'appareil pouvait également être dotés de réservoirs largables, de bombes et de pods de roquettes sur ses points d'emports sous voilure.
Le chasseur de Temco aurait affiché une vitesse maximum de Mach 1,2.


Plan du site | Crédits | Contact | © Aéronavale & Porte-avions 2012-2017, tous droits réservés

Ayez pitié de votre PC, choisissez un navigateur libre et sécurisé   a&eacuteronavale & porte-avions.com