Fusées éclairantes:

Flares M-112A-1 & M-123A-1:

F-8 Crusader Les cartouches éclairantes M-112 et 123 furent employés pour les missions de reconnaissances nocturnes des RF-8.
Seul les cartouches de type M-123 furent employées en opérations par les RF-8.
Placés dans un emplacement situé derrière le cockpit, les RF-8 pouvait embarquer deux éjecteurs de vingt cartouches, un de chaque coté du fuselage.

La mise en oeuvre des cartouches M-123A-1 par les RF-8 Crusader était particulièrement contraignante et assez risqué.
Les mécaniciens armement devaient placer les cartouches dans les éjecteurs lorsque le RF-8 était en place sur la catapulte... en montant à des échelles appuyées sur les flancs de l'appareil. Cette procédure était due à l'instabilité des cartouches qui avaient un système de mise à feu très sensible.
Une fois en vol, le RF-8 devait faire sa passe photo au-dessus de l'objectif avec une vitesse maximum de 740 km/h. Une vitesse supérieure risquant d'endommager l'appareil, dans ce cas, les cartouches avaient de fortes chances de venir percuter, au moment de l'éjection, la cellule du RF-8 en provoquant de sérieux dommages.
Une fois le sélecteur des éjecteurs enclenché au poste de pilotage, la mise à feu de ces cartouches se faisait dès que le pilote déclenchait ses caméras.
La poudre de magnésium/sodium était contenu dans une enveloppe en aluminium et la percution de la charge d'éjection se faisait électriquement.

F-8 Crusader
Les missions de reconnaissance de nuit au Vietnam s'arrêtèrent en 1965. Avec une vitesse aussi basse et l'obligation de faire un passage en vol rectiligne, les RF-8A devenaient des proies faciles pour la DCA Viet-Cong.
Lors d'une de ces dernières missions au-dessus de la ville de Vinh, Un RF-8 parti de l'USS Midway se fit dangereusement encadrer par la DCA, alors qu'il venait de larguer la dixième de ses quarante cartouches nécessaires à sa mission.

En raison de l'instabilité des M-123, les pilotes devaient les larguer avant d'apponter en effectuant une passe le long du porte-avions afin de compter le nombre de fusée et ainsi, de s'assurer que les éjecteurs du RF-8 soient vides.
Un jour, un RF-8 apponta avec ses éjecteurs pleins, créant alors un début de panique à bord du porte-avions, qui se calma une fois les cartouches neutralisées.

Les cartouches M-112 avaient une puissance lumineuse de 110 millions de chandelles.
Les M-112A-1 se déclinaient en quatre versions, les L-135 avec un délai d'allumage d'une seconde après l'éjection, les L-136 avec deux secondes, les L-137 avec un retardateur de quatre secondes et enfin, les L-138 qui étaient des fusées destinées à l'entrainement.
Ces cartouches manquant de fiabilité, elles furent rapidement remplacées par les M-123.

Les cartouches M-123 avaient une puissance lumineuse de 260 millions de chandelles.
Les M-123A-1 étant une version améliorée de la M-112, elles fonctionnaient de la même manière et furent également produites sous quatre versions, les L-139 avec un délai d'allumage de deux secondes, les L-140 avec quatre secondes, les L-141 avec six secondes et L-142 étaient des fusées d'entrainement.

Caractéristiques: M-112A-1 / M-123A-1
Masse: 85 g
Longueur: 199,8 mm / 214,63 mm
Diamètre: 39,87 mm / 73,15 mm
Intensité lumineuse: 110 / 260 millions de bougies


Flares Mk-24 & Mk-48:

Les fusées éclairantes ou "flares" de type Mk-24 et Mk-45 furent employées pour les missions de reconnaissances et d'attaque de nuit.
Les Mk-24 furent remplacées par les Mk-45, en dehors de quelques améliorations, en particulier sur la vitesse d'éjection et d'allumage, ces deux types de fusées éclairantes étaient similaires et leurs modes de fonctionnement restaient identiques.

L'emploi des fusées éclairantes par les F-8 n'a pas dépassé le stade de l'ouverture de domaine avec une capacité d'emport sous voilure de huit Mk-24 ou Mk-48 par points.
Par contre ces fusées furent largement et efficacement employés pour les missions de nuit des "gunship" AC-47, AC-119 et AC-130.
Au Vietnam, les F-8 effectuèrent des bombardements de nuit avec l'aide de C-130 qui leur marquaient les objectifs avec ce type de fusées éclairantes.

Flares Mk-45:

Une fusée éclairante de type Mk-45 se composait d'un tube en aluminium de 0,914 m de long et de 12,44 cm de diamètre, d'une fusée éclairante et d'un système de freinage.
La chute était freiné par un parachute de 4,8 mètres de diamètre et le déclenchement, à une altitude donnée, de la fusée d'une puissance de 2 millions de bougies était préréglé au sol.
Le réglage de l'allumage de la fusée se faisait avec un sélecteur, soit à 150 mètres d'altitude soit, sur une plage de 300 à 4 200 mètres d'altitude, avec un réglage par tranche de 300 mètres.
Lorsque l'altitude d'allumage était atteinte, une cartouche de poudre éjectait la fusée éclairante et son parachute frein du corps en aluminium de la Mk-48.
Une fois allumée, la fusée avait une durée de fonctionnement maximum qui allait de 150 à 180 secondes. L'intensité lumineuse était fournit par la combustion d'une cartouche contenant un mélange de magnésium/sodium.
Arrivée en fin de combustion, la cartouche déclenchait des boulons explosifs qui séparait la fusée de son parachute frein, l'engin terminant alors sa descente en chute libre.

Masse: 12,25 kg
Longueur: 0,914 m
Diamètre: 12,44 cm
Fusée: cartouche de magnésium/sodium avec 180 sec d'autonomie maximum
Intensité lumineuse: 2 millions de bougies
Vitesse de descente sous parachute: 2 m/s
Diamètre du parachute frein: 4,8 mètres


Contre-mesures:

ECM AN/ALQ-51:

Le système de contre-mesures AN/ALQ-51, fabriqué par Sanders, était composé de deux boitiers de brouillage, de quatre antennes et d'un boitier de commande dans le cockpit.
L'AN/ALQ-51 permettait de brouiller les radars de controle de tir "Fan Song" et "Spoon Rest" des missiles sol-air SA-2 Guideline (S-75 Dvina) employés par les forces nord-vietnamienne, en envoyant des informations fausses aux radars ennemis, sur la position, la vitesse et l'altitude l'appareil, empéchant ainsi tout calcul d'une solution de tir.
Les RF-8 Crusader embarquait les deux boitiers de cet équipement dans l'emplacement situé derrière la verrière.
L'ALQ-51 travaillait sur les fréquences de brouillage radar D, E, F.

Le pilote ne pouvait effectuer aucun réglage sur ce brouilleur de radar de DCA. Il pouvait simplement l'enclencher et, lorsque les alertes d'accrochages radar retentissaient, il devait espérer que l'AN/ALQ-51 fasse correctement son travail.
Lorsque un RF-8 Crusader était équipé du système AN/ALQ-51, il ne pouvait pas embarquer des fusées éclairantes, ce brouilleur occupant l'espace dédié aux boitiers lanceurs de ces dernières. Ce handicap n'en était pas réellement un puisque, à ce moment du conflit vietnamien, les RF-8 Crusader n'effectuaient plus des missions de reconnaissances nocturnes sur ce théâtre d'opérations.

Les RF-8A furent dotés de ce système de manière aléatoire et en fonction du besoin, on le retrouva installé en série sur les F-8J.


ECM AN/ALQ-100 & ALQ-126:

L'AN/ALQ-100 et sa version évoluée ALQ-126 était un système de brouillage développé essentiellement pour contrer les radars de tir des stations de missiles air-sol SA-6 "Gainful" et des canons de DCA ZSU-23 de conception soviétique.
Comme l'ALQ-51, ce brouilleur se composait de boitiers émetteurs, d'antennes et d'un boitier de controle dans le cockpit.
Si sur les RF-8 l'installation du brouilleur ALQ-100 eut lieu dans l'urgence avec une mise en place des boitiers "à la demande", dans le compartiment des lanceurs de fusées éclairantes, le système ALQ-126 qui fut installé sur les RF-8G, fut entièrement intégré dans le système d'arme de l'appareil, avec des antennes et des boitiers avec des emplacements dédiés.
L'ALQ-100 travaillait sur les bandes de fréquences radar E,F, G & H.

L'AN/ALQ-126 travaillait sur les bandes de fréquences radar I & J, qu'elles fussent standard ou à impulsion.
Sa puissance de brouillage était de l'ordre de 1 kW, et il agissait sous plusieurs modes de brouillage, cette contre-mesure se révéla assez efficace contre les systèmes de DCA vietcongs.

Outre les RF-8A & G, l'ALQ-100 ou 126 équipa durant le conflit du Vietnam, les dernières versions des F-8 Crusader de chasse et d'attaque, les A-4 Skyhawk, les A-6 Intruder, les A-7 Corsair, et les F-4 Phantom II.
Cette contre-mesure était fabriqué par la société Sanders est également connu sous le surnom de "Charger Blue".


ECM AN/ALQ-31:

Le pod de contre-mesures AN/ALQ-31 de North-American, fut testé sur un RF-8 Crusader mais ces essais, bien que concluants, ne débouchèrent pas sur un emploi opérationnel par le F-8, de ce système de brouillage.
Au Vietnam, l'US Navy préféra associer aux patrouilles de F-8 et RF-8 des appareils de guerre électronique comme les EA-6A Intruder ou les EA-3B Skywarrior, qui pouvaient, entre-autre, embarquer ce type d'équipement.
F-8 Crusader
Le pod AN/ALQ-31 embarquait différents types de brouilleurs selon les besoins de la mission.

La version ALQ-31A était dotés de deux modèles de contre-mesures, qui pouvait être:
1x ALQ-32, détecteur et brouilleur d'émetteurs qui travaille en bande I produit par Naval Avionics Facility.
1x ALQ-35, brouilleur fabriqué par Emerson.
1x ALQ-41, détecteur et brouilleur d'émetteurs qui travaille en bande X, fabriqué par Sanders, il était associé à l'ALQ-51.
1x ALQ-51, il était associé à l'ALQ-41. (voir descriptif ci-dessus)
1x ALQ-55, liaison de données encodées des fréquences VHF, produit par la société Sanders.

La version ALQ-31B était plus spécifiquement dédiée pour le brouillage des communications radio et radar adverses avec:
1x ALT-16, brouilleur de radar de tir travaillant en bande D, fabriqué par Sperry.
1x ALT-17, brouilleur de fréquences VHF, fabriqué par North-American.
1x ALT-19, brouilleur d'émetteurs en bande D et E, fabriqué par Webcor.
1x ALT-21, brouilleur d'émetteurs en bande E et F, fabriqué par Litton.


Rappel sur les bandes de fréquences

D: gamme d'ondes de 15 à 30 cm ou de 1 à 2 GHz.
E: gamme d'ondes de 10 à 15 cm ou de 2 à 3 GHz.
F: gamme d'ondes de 7,5 à 10 cm ou de 3 à 4 GHz.
G: gamme d'ondes de 5 à 7,5 cm ou de 4 à 6 GHz.
H: gamme d'ondes de 3,75 à 5 cm ou de 6 à 8 GHz.
I: gamme d'ondes de 3 à 3,75 cm ou de 8 à 10 GHz.
J: gamme d'ondes de 1,5 à 3 cm ou de 10 à 20 GHz.
X: gamme d'ondes de 2,5 à 3,5 cm ou de 8 à 12 GHz.


Plan du site | Crédits | Contact | © Aéronavale & Porte-avions 2012-2017, tous droits réservés

Ayez pitié de votre PC, choisissez un navigateur libre et sécurisé   a&eacuteronavale & porte-avions.com