Les missions des F-8 Cusader au Vietnam


Lorsqu'ils furent déployés dans le Sud-Est asiatique, les F-8 Crusader eurent pour mission principale, la supériorité aérienne.
Ces missions de chasse se déclinaient en plusieurs types qui étaient fonctions des objectifs, des secteurs d'actions et des appareils à escorter.

Pour chacune de ces missions la formation de base était constituée de deux F-8 Crusader, qui pouvait être augmenté du nombre de binôme nécessaire à la mission.

TARCAP Les missions TARCAP:
Ces missions TARCAP étaient destinées à la protection de tous les appareils qui opéraient au Nord du 18.ème parallèle au Vietnam.
Pour ces escortes qui se faisaient de jour, les F-8 Crusader étaient armés avec deux AIM-9D à guidage infrarouge et avec 144 obus de 20 mm par canons.
Après avoir été catapulté, les deux Crusader TARCAP se mettaient en attente entre 4 200 et 5 400 mètres au-dessus de l'île de Hon Mat où avait lieu le rendez-vous avec le groupe d'appareil à escorter.
Le TARCAP assurait alors la protection du groupe et était en charge d'intercepter tous les chasseurs ennemis qui tentaient une attaque.
Lorsque tous les appareils du groupe d'attaque étaient de nouveau "feet wet", les F-8 TARCAP effectuaient alors un ravitaillement en vol d'un minimum de 2 000 litres de kérozène, avec un KA-4 Skyhawk ou un EKA-3 Skywarrior.
Si les F-8 TARCAP n'avaient pas été engagés au combat, ils pouvaient alors être assigné à une mission MIGCAP, avant de revenir sur le porte-avions.


Les missions MIGCAP:
Pour les missions MIGCAP les F-8 disposaient du même armement qu'en TARCAP lorsque c'était de jour. De nuit, les Crusader emportait dans ce cas, un missile AIM-9D à guidage infrarouge et un missile AIM-9C à guidage radar.
Les MIGCAP étaient activés tant que des appareils d'attaque se trouvaient au Nord du 18.ème parallèle.
Les Crusader MIGCAP évoluaient sur un circuit en boucle le long de la côte du Vietnam à une altitude comprise entre 6 000 et 7 500 mètres.
Dès que des MiG étaient repérés au Sud du 19.ème parallèle, le binôme MIGCAP était immédiatement envoyé en interception par le contrôle tactique.
Si un second binôme MIGCAP était disponible, il était également envoyé en interception avec un retrait de quatre nautiques sur le groupe leader.

Lors de ces interceptions MIGCAP, les F-8 Crusader descendaient à une altitude 300 mètres pour passer sous la couverture radar ennemi, avec une vitesse de 1 200 km/h pour déjouer les défenses sol-air.
Le but était alors de venir se placer sous la formation de MiG, afin de les placer à 12h, le MIGCAP n'avait plus alors qu'à remonter sur les MiG en se plaçant dans leurs 6h pour effectuer un tir d'AIM-9D.
Le guidage et le brouillage des fréquences radio était assuré par un EA-6 Prowler ou un EA-3 Skywarrior qui patrouillait le long de la côte du Sud-Vietnam.
La réussite de ce type de mission tenait essentiellement aux qualités du controleur qui devait amener les F-8 MIGCAP au contact des MiG avec le meilleur angle d'interception possible, idéalement, entre 3 et 9h à 3 nautiques du contact.

Dans le cas où un second MIGCAP était engagé, leur mission était de protéger le secteur arrière de la MIGCAP leader, mais ce n'était que rarement le cas, car la bonne réussite de cette couverture relevait directement du controleur aérien qui avait déjà fort à faire pour guider la MIGCAP leader.
Le binôme MIGCAP numéro deux était le plus souvent engagé pour contrer les MiG qui arrivaient en renfort dès que les F-8 Crusader de tête étaient repérés.

Dès qu'une interception MIGCAP était déclenchée, l'ensemble des chasseurs disponibles sur le secteur d'interception étaient mis en alerte afin de permettre un désengagement si la MIGCAP se trouvait en difficulté.


Les missions BARCAP:
Pour les missions BARCAP de jour, les F-8 Crusader étaient armés avec deux AIM-9D (IR) et avec 144 obus par canons.
Pour les BARCAP de nuit, les missiles étaient panachés avec un AIM-9D (IR) et un AIM-9C (radar).
Les missions BARCAP consistaient à protéger toutes les forces alliées évoluant au-dessus du golfe du Tonkin.
Les binômes de supériorité aérienne BARCAP n'étaient affectés à aucune autre mission durant la durée de leurs patrouilles.
Le canal UHF 281.9 MHz était exclusivement réservé à ce type de mission et les F-8 BARCAP étaient tout le temps "feet-wet", c'est à dire que leur secteur de patrouille et d'intervention se situait tout le temps au-dessus de la Mer de Chine.

Lors des opérations aériennes, les F-8 BARCAP étaient les premiers catapultés et les derniers à apponter.
Un KA-4 Skyhawk leur était également affecté, afin d'effectuer un ravitaillement en vol à mi-patrouille.
Afin d'assurer avec le maximum de réussite à ces longues patrouilles de protection de la flotte, les communications radio étaient réduite au minimum et, se faisait exclusivement en utilisant le boitier KY-28 Cipher de cryptage.


Les missions FORCECAP:
Les missions FORCECAP étaient identiques aux missions BARCAP, le seul point de divergence se situait sur le contrôle aérien.
Si le contrôle des missions BARCAP était fait par un seul bâtiment, celui des FORCECAP relevait directement du porte-avions dont dépendait le binôme de F-8 Crusader.
Les F-8 FORCECAP se situant tout le temps en second échelon d'intervention, ces missions étaient surtout l'occasion pour entrainer les contrôleurs aériens et les pilotes aux rudiments des missions BARCAP.


Les missions IRONHAND:
Les missions IRONHAND consistait à escorter et protéger un A-4 Skyhawk jusqu'à son objectif.
Pour mener à bien ces missions, deux binômes de F-8 étaient généralement assignés à cette tâche.
Le premier binôme de Crusader IRONHAND devait ouvrir la route devant le A-4 et son escorte air-air constitué des deux autres F-8.
Le rôle de l'IRONHAND leader était ingrat et risqué, puisqu'il devait attirer sur lui l'attention des défenses anti-aériennes afin de permettre au A-4 de passer au travers sans être inquiété ni détecté.
Dans le cas où le binôme leader de F-8 était engagé par des MiG, les F-8 de protection air-air devaient immédiatement les attaquer, afin que l'IRONHAND leader puisse continuer sa manoeuvre de diversion pour le A-4 Skyhawk.


Les missions PHOTO ESCORT:
Comme leur nom l'indique, ces missions étaient faites pour assurer la protection d'un RF-8 de reconnaissance aérienne, l'armement du binôme de F-8 PHOTO ESCORT était identique aux missions TARCAP, soit pour chaque F-8 deux AIM-9D et 144 obus par canons.
Une fois au point de rassemblement avec le RF-8, le groupe descendait à une altitude de 1 500 mètres et maintenait une vitesse supérieure à 1 000 km/h.
Afin d'éviter une concentration des tirs de DCA sur le RF-8A, les Crusader PHOTO ESCORT adoptait une patrouille lache durant le survol du Vietnam.

ARMED RECCE
Les missions ARMED RECCE et WEATHER RECCE:
Pour ces missions de reconnaissance armés ou météo, les Crusader étaient armés avec deux lance-roquettes Zuni LAU-10 ou avec quatre bombes Mk-82 ainsi que 144 obus de 20 mm par canons.
Les patrouilles ARMED RECCE s'effectuait le long des côtes et le secteur de patrouille était défini par le service opération du porte-avions.
Durant ces missions, les F-8 pouvaient attaquer des cibles d'opportunités en fonction de ce qu'ils voyaient durant ces patrouilles.
Les missions WEATHER RECCE étaient identiques aux précédentes, sauf que le but premier était de confirmer les prévisions météos émises par les météorologues du porte-avions.


Les missions de bombardement:
La plupart de ces missions furent réservés aux squadrons du Marines-Corps, mais les F-8 de l'US Navy y participèrent également.
L'armement des F-8 Crusader étaient adapté en fonction des besoins, mais le plus souvent, il se composait de pod de roquettes Zuni sur les points d'emport de fuselage et de bombes Mk-82, 83 ou 84.
Les bombardements s'effectuaient sous un angle de piqué à 45° avec un largage et une ressource à 1 500 mètres d'altitude.


Plan du site | Crédits | Contact | © Aéronavale & Porte-avions 2012-2017, tous droits réservés

Ayez pitié de votre PC, choisissez un navigateur libre et sécurisé   a&eacuteronavale & porte-avions.com