Les radars du F-8 Crusader


Avec plus de quarante années de service opérationnel, le F-8 Crusader connu au cours de sa vie plusieurs types de radar.

L'AN/APG-30
Le premier d'entre-eux fut l'AN/APG-30 qui équipa les F-8A.
L'AN/APG-30 n'était pas un radar, mais un système de télémétrie.
Il permettait simplement au pilote d'avoir une information sur la distance le séparant de sa cible pour le tir canon.
L'APG-30 pouvait être qualifié de radar de tir canon, bien que ce dernier ne fournissait pas d'informations suffisantes au pilote pour lui permettre de faire un tir sans visibilité ou encore de nuit.


L'AN/APS-67
Le F-8B resta une version de chasse diurne du Crusader qui disposait cependant d'une capacité de détection amélioré grace à la mise en place d'un radar AN/APS-67 d'une portée de 30 nautiques.
Les angles maximum de détection étaient de 14° dans le plan vertical et de 90° dans le plan horizontal.
Ces capacités de détection restaient cependant très limités, et elles étaient très sensibles aux variations météorologiques, comme la pluie ou la neige.
L'AN/APG-67 permettait surtout au pilote d'effectuer une acquisition et un guidage vers sa cible, afin de se placer à portée de tir avec ses missiles Sidewinder AIM-9A ou -9B.



F-8 Crusader
L'AN/APQ-83
Avec la mise en place de l'AN/APQ-83, le Crusader devint enfin un vrai chasseur tout temps.
Ce radar dont la portée de détection maximale était de 17 nautiques en mode air-air permit enfin au F-8 Crusader d'avoir une acquisition de cible lui permettant un rapprochement pour se mettre à portée de tir de ses missiles Sidewinder ou encore d'entrer en contact visuel pour engager la cible au canon.
Avec ce radar, le F-8 Crusader fut doté de l'AIM-9C Sidewinder à guidage radar, ce missile fut maintenu en service avec la version suivante F-8E/APQ-94, mais en raison de ces très mauvaises qualités, l'AIM-9C fut rarement utlisé.
L'AN/APQ-83 équipa la version F-8D du chasseur de Chance-Vought.




F-8 Crusader L'AN/APQ-94
Un nouveau radar plus performant fut installé sur les F-8E, l'AN/APQ-94.
Ce radar d'une portée maximum de 28 nautiques et de 11 nautiques en acquisition et poursuite de cible pouvait être couplé au FLIR (Forward Looking InfraRed) AN/AAS-15 du Crusader.
Ce système implanté devant la glace frontale du cockpit permettait de detecter toute source de chaleur comme la tuyère d'un réacteur.
Le FLIR situé dans le nez du F-8 Crusader était utilisé pour l'acquisition et le verrouillage de la cible avant le tir d'un missile Sidewinder (charge à ce dernier d'effectuer l'acquisition finale après le tir).
Ce detail technique de L'AN/APQ-94 avait son importance, puisqu'à l'époque, les pilotes de F-8 Crusader ne disposait que du missile à guidage infrarouge Sidewinder et des canons de 20 mm pour engager et détruire une cible.
L'AN/APQ-94 pouvait également être utilisé comme radar de bombardement, il était également moins sensible au perturbation météorologique comme les fortes pluies ou la neige, ce qui n'était pas le cas de son prédécesseur, l'APQ-83.

L'AN/APQ-104
Lorsque la France décida d'acquérir un lot de F-8 Crusader, outre les contraintes aérdynamiques liées à la taille des porte-avions Clémenceau et Foch, l'Aéronavale exigea que ses F-8E(fn) soient en mesure d'effectuer le tir des missiles à guidage radar MATRA 530.
Les "French Crusader" reçurent alors le radar AN/APQ-104 qui disposait de cette capacité.
D'une portée maximum de 60 nautiques en mode navigation de 25 nautiques en mode air/air, ce radar équipera jusqu'à leur retrait les F-8E(fn) devenu des F-8P.
La seule et unique modification que reçu l'APQ-104 au cours de sa carrière dans l'Aéronautique Navale fut une capacité de fonctionnement en mode qualifié de "passif" évitant ainsi au F-8 de se faire détecter quasi imédiatement si ce dernier enclenchait son AN/APQ-104.
L'AN/APQ-104 était un radar sans capacité doppler ni "look-down", y compris après le passage au standard F-8P des Crusader français, ces derniers ne pouvaient donc pas détecter une cible volant à basse altitude dans les années 1990.

L'AN/APQ-149
Les dernières versions du Crusader, les F-8H et F-8J, furent équipés de l'AN/APQ-149.
Comme son prédécesseur, il pouvait être couplé au système d'alerte et de detction infrarouge AN/ALQ-51 et 100 qui équipaient ces versions du Crusader.
Un mode de fonctionnement Doppler fut étudié, mais le retrait des F-8 Crusader mis un terme à ce projet.


Plan du site | Crédits | Contact | © Aéronavale & Porte-avions 2012-2017, tous droits réservés

Ayez pitié de votre PC, choisissez un navigateur libre et sécurisé   a&eacuteronavale & porte-avions.com