RF-8, les Crusader de reconnaissance

F-8 Crusader
La version de reconnaissance, le V-392, vola pour la première fois le 17 Décembre 1956.
Il était le résultat de la transformation du 32ème F8U-1 BuNo 141363, qui prit alors la désignation YF8U-1P ou YRF-8A.
Pour cette version de reconnaissance photographique, la partie avant du fuselage fut redessinée afin de recevoir les compartiments photos.
L'armement de bord, canons et lance-roquettes, et leurs systèmes de contrôle de tir furent déposés, les emplacements des chargeurs d'obus reçurent des éjecteurs de leurres radar.
Le RF-8 Crusader disposait de trois emplacements, appelés station, qui pouvaient contenir un total de six caméras.

La station 1 situé à l'avant dans un carénage sous le fuselage était occupé par une caméra KA-45 ou 51 qui prenait des clichés en vue par vue.
F-8 Crusader Cette station 1 pouvait également être équipé avec des caméras KA-45, DBM-4 et DBM-5C qui enregistraient des films, de cinq minutes pour la première et de dix minutes pour la seconde.
Ces caméras DBM furent souvent employées pour filmer les interceptions d'appareils soviétiques comme les Tu-95 Bear et autre Tu-16 Badger ou, pour des missions plus insolites, comme cette fois où des RF-8 du VFP-63 furent envoyés à Hawaï pour évaluer la population des chèvres sauvages de l'ile de Kahoolawe, pour le compte d'une institution de la protection de la faune locale.

La station 2 disposait de trois emplacements dans un arrangement dit "trimetrogen" sur trois axes, pouvant recevoir des caméras KA-66. Ces dernières prenaient des clichés par recouvrement d'horizon à horizon permettant de disposer de clichés panoramiques.

En Station 3 et 4, des KA 51, 53, 62 et 68 étaient dédiées aux vues verticales et obliques.
Les caméras KA-66 et 68 étaient de type panoramique avec des optiques à très grand angle de vue. Elles furent très employés au Vietnam où l'essentiel des missions se firent avec des survols à la verticale d'objectifs ou d'axes routiers et de ravitaillement.

F-8 Crusader Le RF-8 était facile à reconnaitre, avec la partie avant de fuselage à section rectangulaire et, sous la cocarde de fuselage, on pouvait voir de larges "fenêtres" permettant à ce matériel de remplir sa mission.
Le pilote disposait d'un périscope placé sous le radôme, juste avant l'entrée d'air, pour savoir où devait commencer ses prises de vues.

Le logement de la canne de ravitaillement en vol fut quant à lui intégré dans le nouveau profil de fuselage, supprimant le bulbe si caractéristique du flanc gauche de la version de chasse.
La dérive avait été réduite en hauteur, pour obtenir un léger gain de vitesse.
Cette version servit non seulement pour les missions de reconnaissance, mais aussi pour les missions à tendance promotionnelle au profit de l'US Navy, lui permettant de réaliser des vues d'autres de ses avions en vol.
En quatre ans, de 1956 à début 1960, 144 F8U-1P, son appellation officielle jusqu'en Juin 1962, furent construits.
Leur motorisation était assurée par le J-57-P4A du F8U-1.

Les premiers RF-8A de reconnaissance furent versés à l'US Navy en 1957, au sein de la VFP-61.
Le Marines-Corps équipa trois squadrons de reconnaissance avec des RF-8A, les VMCJ-1, 2 et 3.

En 1962, deux squadrons de reconnaissance de l'US Navy, les VFP-62 et 63, opèrent respectivement sur l'Atlantique et le Pacifique.
Du 15 Octobre au 26 Novembre de la même année, les RF-8A du VFP-62 renforcés par des pilotes de l'USMC et avec l'aide du VMCJ-2, jouèrent un rôle essentiel dans la récolte d'informations au cours de la crise des fusées de Cuba, qui fit passer la planète à deux doigts de l'holocauste nucléaire.
Les appareils de ces deux squadrons opérèrent depuis la base de Key-West en Floride d'où ils effectuaient deux missions journalières, ramenant ainsi plus de 160 000 clichés prouvant la présence des missiles nucléaires sur l'ile cubaine.
Au retour de mission, les RF-8A se posaient sur la base de Jacksonville, qui disposait de toutes les installations pour exploiter immédiatement les clichés pris durant la mission.
Durant cette opération "Blue Moon", sur Cuba, le cabinet du président Kennedy ordonna des reconnaissances de nuit.
Ces dernières furent effectuées par les RF-8A Crusader qui employèrent pour l'occasion des cartouches éclairantes M-123A-1.
En récompense pour ces missions à haut risques, toutes effectuées à basse altitude, le président J.F. Kennedy décerna la Distinguished Flying Cross aux six pilotes de l'US Navy et aux quatre pilotes du Marines Corps. Les VFP-62 et VMCJ-2 reçurent chacun une Presidential Unit Citation.

Le premier Crusader de reconnaissance perdu au combat fut le RF-8A du Lt Klunsman de la VFP-63 "The Eyes of the Fleet", abattu au Laos le 6 Juin 1964, le pilote jouant de malchance, il était déjà, le 21 Mai précédent, rentré sur son porte-avions, le Kitty Hawk avec son jet endommagé par la DCA Vietminh.
Klunsman s'évadera, ce qui ne sera pas le cas des cinq autres pilotes tombés entre les mains de l'ennemi.
De 1964 à 1968 et en 1972/73, trente-et-un RF-8A et G furent perdus en opérations de guerre, se soldant, outre les prisonniers déjà évoqués, par le décès de cinq pilotes, un autre étant porté disparu, tous appartenaient à l'US Navy.
Ces pertes élevées s'expliquaient par la nature des objectifs attribués, dans la Plaine des Jarres au Laos ou au Nord-Vietnam.
Les RF-8 Crusader devaient effectuer des missions de vérification photographique à basse altitude, afin de valider les résultats des bombardements précédemment effectués, alors que les artilleurs antiaériens ennemis étaient encore en pleine alerte après l'attaque.

Les caméras à vision de nuit n'existant pas à l'époque, pour ces missions nocturnes, les RF-8 pouvaient être équipés de fusées éclairantes de type M-123A-1 ou des M-112.
Ces fusées étaient emportées dans un emplacement situé derrière la verrière.

Une version de reconnaissance tout temps désignée RF-8B fut envisagé par Chance-Vought mais ce projet n'intéressa pas l'US Navy et ne dépassa pas le stade de la simple étude.

F-8 Crusader Comme les versions de chasse du Crusader, les RF-8A furent modernisés.
Soixante-treize RF-8A devinrent des RF8-G, doté d'un réacteur J57-P-22 de 7265 kg de poussée avec PC.
Ils disposaient d'une électronique de bord améliorée, furent équipés de quilles anti-roulis, d'écopes de refroidissement du canal de post-combustion et de nouvelles caméras à prise de vues panoramique.
Ils pouvaient également embarquer des missiles AIM-9 Sidewinder sur les points d'emports sous voilure, ou un pod de contre-mesures AN-ALQ-31, même si ces equipement ne semblèrent pas avoir été employé en opération.

Les RF-8G furent modernisés en deux fois.
La seconde modernisation concerna trente-cinq RF-8G, qui furent divisés en Block I et Block II.
Les RF-8G Block II bénéficièrent d'un blindage sur les équipements sensibles de l'aéronef, comme le cockpit, autour du réacteur et des servocommandes des gouvernes.
Les trente-cinq RF-8G Block I et II reçurent des J-57-P-420 de 5 629 kgp à sec et 8 898 kgp avec post-combustion.

Les Crusader RF-8G restèrent en première ligne au sein de l'US Navy jusqu'en Juin 1982, les derniers en service étant ceux du VFP-63.
Deux squadrons de la Reserve Air Naval furent également dotés de RF-8G , les VFP-206 et 306. Ce fut le premier nommé, qui garda ses Crusader le plus longtemps, jusqu'au 29 Mars 1987.
Ces Crusader modernisés équipèrent également une partie des squadrons de reconnaissance des Marines.


Durant leur carrière, les pilotes de RF-8 Crusader avaient une devise, que l'on retrouve d'ailleurs avec beaucoup d'unité de reconnaissance:
"Unarmed and Unafraid"
Que l'on peut transcrire par, "Sans arme et sans peur".
Durant le conflit du Vietnam, les pilotes avaient pris l'habitude de compléter cette devise en disant: "Je suis désarmé, ça c'est certain, pour le reste, je ne sais pas...". Ce qui en dit long sur le stress qu'ils supportaient durant ces missions.

F-8 Crusader

Pour compléter:
Les RF-8 au Vietnam

Plan du site | Crédits | Contact | © Aéronavale & Porte-avions 2012-2017, tous droits réservés

Ayez pitié de votre PC, choisissez un navigateur libre et sécurisé   a&eacuteronavale & porte-avions.com