Phil "Rat" Wood




Guerre: Guerre du Vietnam
Victoires aériennes homologuées: 1
Appartenance : VF-24 "Fighting Renegades", USS Bonhomme Richard
Avions: F-8C Crusader
Grade le plus élevé: Captain , commandant du CV-63 Kitty Hawk




Le matin du 19 mai 1967, douze F-8C Crusader, commandé par le commandant Paul Speer, avaient pour mission d'escorter une formation d'A-4 Skyhawk pour bombarder une cible au-dessus du Nord Vietnam. Pour cette occasion, les Skyhawk allaient déployer pour la première fois le missile à guidage vidéo Walleye.

Ne possédant qu'une quarantaine de Mig, les Nord-Vietnamiens les utilisaient habituellement au compte-goutte. Mais ce matin-là, ils les envoyaient presque tous en l'air, car la cible des Américains était leur capitale : Hanoï.

Le lieutenant Phil Wood, surnommé "Rat", faisait partie de la formation des Crusader.
A proximité d'Hanoï, il repéra un A-6 Intruder dans ses dix heures bas, et qui venait dans sa direction. Visiblement, il fuyait la zone à toute vitesse. Et bientôt, Wood repéra le Mig-17 Fresco qui collait au train de l'Intruder. Réagissant au quart de tour, il enclencha la post-combustion, entama un virage à gauche et effectua une spirale descendante au moment où le Mig passa sur sa gauche à toute vitesse.
Wood boucla son virage descendant et remonta rapidement vers le Mig. Une fois derrière le Mig, il commit l'erreur en déclenchant le tir d'un Sidewinder, avant même que ce dernier fût verrouillé sur sa cible. Le missile fonça vers le Mig mais se perdit au loin, dès que celui-ci commençait à virer.
Repérant le sillage du Sidewinder passant sur sa droite, le Fresco vira sèchement à droite et entama un piqué. Wood se lança à ses trousses. Puis le Mig se rétablit au ras des arbres, toujours talonné par un Phil Wood qui n'était pas prêt à lâcher sa proie. Les deux avions s'éloignaient rapidement de la capitale vietnamienne.
Voyant la proximité du sol, Wood savait qu'il aurait peu de chance d'utiliser un autre missile. Alors, il passa sur canon et commença à tirer. Mais il dut abaisser son nez à chaque fois qu'il voulait tirer. Ses rafales ne duraient qu'une fraction de secondes, car il devait à chaque fois reprendre un peu d'altitude avant de recommencer à tirer. Au bout de quelques rafales, Wood vit des impacts sur les ailes du Mig, et ce dernier laissa échapper une épaisse fumée noire. Son moteur devait être touché...
Soudain, Wood se rappela que sa mission première était de protéger les Skyhawk vers Hanoï. Et là, il était en train de s'éloigner du site en poursuivant son Mig. Wood rompit le combat et fit un virage à droite tout en reprenant de l'altitude. Son Crusader remontait dans un angle de 60°.

De leur côté, les Skyhawk avaient accompli leur mission et repartait déjà en direction de Yankee Station. Ce fut alors que tout un escadron d'au moins dix Fresco surgit dans les six heures de la formation américaine. Paul Speer, accompagné de ses dix autres Crusader, rompit aussitôt la formation et se porta à la rencontre des Mig.
Très vite, le ciel de Hanoï devint une arène de combat et s'emplit de sillages de toutes sortes : tirs de missiles infrarouges, tirs de canons, tirs de DCA ou de SAM ... et la traînée de fumée noire lorsqu'un avion était abattu.

Lorsque le lieutenant Wood parvint enfin au-dessus d'Hanoï, le combat entre Crusader et Mig venait encore de redoubler d'intensité. Wood voyait des explosions partout autour de lui. Deux Mig et un Crusader furent tour à tour descendus sous ses yeux. Bientôt, des obus fluorescents gros comme des balles de tennis frôlèrent sa verrière. Wood se retourna complètement et vit un Mig lui présenter son flanc. Il était très bien placé pour un tir en déflection sur Wood.
L'Américain vira à gauche en enclenchant à nouveau la post-combustion... et commit une nouvelle erreur. Sa manoeuvre le plaça directement dans la trajectoire du Mig. Deux obus de 23 mm pénétrèrent juste derrière son siège et détruisit les équipements électroniques de son Crusader.
Bientôt, l'air conditionné tomba en panne et l'intérieur de la cabine devint une fournaise. Plus grave, les débris du Crusader furent ingérés par le propre réacteur du chasseur, et ce dernier commençait à perdre de la puissance.
Hurlant à gorge déployée à cause de son virage serré, Wood finit par distancer son poursuivant.
Le Mig, incapable de soutenir ce virage serré à très grande vitesse dut relâcher son emprise. Il passa sous l'avion de Wood et entama une spirale descendante.
Parvenant à se glisser derrière, Wood devint cette fois le poursuivant et s'engagea lui aussi dans la spirale descendante.
Wood était tenté de tirer un nouveau Sidewinder au bout du troisième tour à 360°, mais l'angle restait encore trop prononcé pour que le Sidewinder pût accrocher sa cible. Wood savait qu'il allait gaspiller un nouveau missile... Lorsque, inexplicablement, le Mig commit l'erreur fatale d'interrompre son virage pour revoler en ligne droite...
Le pilote américain se remit en palier derrière sa cible, et déclencha le tir du Sidewinder une fois celui-ci verrouillé. Le missile à infrarouge quitta son rail et fila droit sur le Mig, et sectionna sa queue en explosant.
Wood se porta à la hauteur du Mig alors qu'il tombait, puis le pilote vietnamien s'éjecta de son avion en perdition. Mais son parachute ne s'ouvrit pas, et Wood vit le pilote sanglé à son siège qui tomba tout droit vers le sol...

A court de carburant, Paul Speer et ses hommes avaient entre-temps désengagé et repartaient déjà en direction du Golfe du Tonkin. Wood était le dernier et referma la marche.
Mais son avion était endommagé (pas de radio, systèmes de navigation HS et fuite de carburant) et, il savait qu'il aurait du mal à atteindre son porte-avions.
évidemment, il lui était hors de question de s'éjecter. Les Nord-Vietnamiens n'auraient aucune pitié pour un pilote ennemi qui venait d'abattre l'un des leurs...
Mais la chance sourit à Phil Wood ce jour-là car, une fois arrivé au-dessus du Golfe, il repéra une formation de Crusader qui se dirigeait vers un avion-ravitailleur. Wood se cala derrière celui-ci et en chargea une demi-tonne avant de reprendre le chemin de son porte-avions. Mais dans sa tête, il savait qu'il allait devoir de poser sur le premier porte-avions qu'il verrait...
Et effectivement, une deuxième chance lui sourit à nouveau, car Wood n'allait pas tarder à repérer un porte-avions qui s'alignait dans le vent pour récupérer ses avions. Le commandant du porte-avions repéra lui aussi l'appareil de Wood, qui se présentait par le mauvais côté pour l'appontage. Mais un détail l'alerta immédiatement : le Crusader fumait abondamment.

Le commandant interrompit instantanément l'opération de récupération et ordonna à ses hommes de faire apponter le Crusader de Wood en priorité, le A-4 Skyhawk alors en approche fit un "wave-off" pour dégager l'axe au F-8C.
Wood s'aligna dans le sillage du navire et parvint à accrocher un brin dès son premier passage. Mais lorsque Wood poussa les gaz à pleine puissance, dans le cas où il aurait loupé les brins, son Crusader était tellement endommagé que la tuyère de post-combustion explosa.
L'équipe d'intervention réagit instantanément et extirpa Wood de son avion sans aucun dommage. Ce dernier regarda le porte-avions et vit le numéro 63 : il était sur le Kitty Hawk.
Phil "Rat" Wood ignorait ce matin-là qu'il allait devenir le pacha de ce même batiment dix-sept ans plus tard...


Sources: Crusader, the last gunfigther, Rear Admiral (USN retired) Paul Gillcrist

Retour à la page MiG-killer


Plan du site | Crédits | Contact | © Aéronavale & Porte-avions 2012-2018, tous droits réservés

Ayez pitié de votre PC, choisissez un navigateur libre et sécurisé   a&eacuteronavale & porte-avions.com